10644841_637418483041188_1817329695997058924_nLorsque  j’ai des questions naïves au sujet des animaux ou des phénomènes naturels, je les demande à la belle Ariane Malo-Sauvé, mon experte nature préférée! Récemment, je lui ai demandé s’il était possible de déterminer le niveau de pollution d’un cours d’eau en observant des phénomènes précis, et je me suis dit que sa réponse vous intéresserait sans doute aussi. :o)

« Si vous avez profité de l’été, peut-être vous êtes-vous trempé les orteils dans l’eau histoire de vous rafraîchir. Mais comment peut-on savoir si le plan d’eau est propice à la baignade? En milieu urbain, la question de la pollution nous vient rapidement à l’esprit. Cependant, en milieu rural, la fertilisation des champs et l’usage d’agents chimiques peuvent également amener leur lot d’inquiétudes.
Heureusement, la nature peut nous fournir quelques indices démontrant la santé d’un plan d’eau. Que le milieu soit stagnant ou qu’il y ait du courant, la présence de plantes aquatiques est toujours de bon augure. Des lentilles d’eau au plus grand des saules, en passant par les quenouilles, tous participent à la dépollution des plans d’eau. Leurs cellules végétales permettent de capter les molécules de certains contaminants. Par contre, portez une attention particulière aux masses de cyanobactéries communément appelées « algues bleu-vert ». Ces dernières pourraient causer des irritations cutanées et autres désagréments.
Enfin, la présence de certains animaux sensibles aux polluants peut nous renseigner sur la qualité de l’eau. C’est le cas de plusieurs organismes vivants respirant à l’aide de branchies tels que les petits des salamandres ou encore, les larves de demoiselles, fines cousines des libellules. Ouvrez l’œil pour y voir des trichoptères, probablement un des « bio-indicateurs » les plus fiables en eau douce. Qui a dit que les insectes étaient nuisibles ? »